Press enter to see results or esc to cancel.

La modestie : l’ennemi des salariés

Dans un monde parfait, le travail que vous accomplissez parle de lui-même. Vous travaillez avec des équipes collaboratives et chaleureuses, composées de salariés qui ne tarissent pas d’éloges les uns envers les autres et où les non-dits n’existent pas.
Or, dans la réalité, vous avez de temps en temps besoin de vous mettre en avant. La générosité et la modestie sont des qualités essentielles, bien sûr. Elles vous aident à garder l’esprit d’équipe, à améliorer vos capacités de leadership, et particulièrement à vous faire aimer en tant que professionnel. Sans rentrer dans le cliché du collaborateur-calculateur, vous vous devez d’être respecté et d’être récompensé pour le travail que vous accomplissez.
Si vous pensez que vous pouvez simplement laisser votre travail parler de lui-même sans marquer votre territoire, alors votre modestie (accompagnée d’un certain degré de naïveté) nuira non seulement à votre carrière, mais aussi et surtout à votre propre estime. Nous allons découvrir ensemble pourquoi, tout en amenant des pistes pour permettre à tous les salariés de rétablir le juste équilibre :

1. Les salariés invisiblessalaries6

Imaginez ceci : Votre équipe vient d’achever un projet innovant et complexe, et vous vous sentez fier de vos contributions à l’effort du groupe. Mais pendant la réunion, quand le patron se lève pour féliciter votre équipe pour le travail accompli, certains de vos collègues sont récompensés individuellement alors que vous semblez être invisible.
Pourquoi ? On a tendance à se rappeler des gens pour leurs rôles plus que pour les tâches qu’ils accomplissent. Par exemple, l’«organisateur» sera généralement reconnu pour la plupart des tâches liées à l’organisation parce que les gens se souviendront de lui comme occupant ce rôle.
Si vous effectuez des tâches dites « invisibles », votre travail peut passer inaperçu. Et si vous êtes humble, vous vous dites : qu’importe tant que le travail est accompli ? Considérez ceci : vous êtes votre propre marque. Vous avez une marque (ou son absence) au sein de votre propre équipe de travail. Et au même titre que toute marque, vous devez la faire connaître. Si vous n’êtes pas reconnu pour votre travail, vous serez perdu de vue lorsque des possibilités de promotion s’offriront. A l’image d’une marque inconnue, comment voulez-vous être choisi si personne n’a connaissance de ce que vous faites ?

Solution : faites-vous une place dans votre équipe

salaries5

Choisissez un rôle que vous aimez puis faites savoir que vous maitrisez cette compétence particulière. Prenez en charge ce que vous voulez faire reconnaitre par votre équipe et chaque opportunité de montrer que vos compétences correspondent au travail que vous souhaitez effectuer.
Par exemple, votre travail est peut-être rarement remarqué parce que vous vous êtes engagés dans des rôles opérationnels, plutôt que stratégiques. Vous pouvez continuer de le faire, dans la mesure où vos collègues continuent de vous solliciter. En d’autres termes, assurez-vous que tout le monde sache que vous portez minutieusement attention aux détails. Par exemple, vous devez valider les préparations de projets avant qu’ils ne soient considérés comme définitifs.

2. Les salariés-paillassonsalaries4

Il n’y a rien de pire que de voir un collaborateur s’attribuer les mérites de votre travail. On pourrait penser que ce serait moins susceptible d’arriver si vous avez la chance de travailler avec des collègues que vous appréciez et que la réciproque est vraie. Pourtant, cela peut arriver dans toutes les entreprises, à tous les collaborateurs. Si vous êtes habitués à être modeste, vous vous direz que clarifier cette situation aura un effet contre-productif. En somme, vous vous dites que «il n’y a pas de « je » dans une équipe et donc, vous laissez quelqu’un d’autre obtenir tous les honneurs.

Solution : Partagez les mérites

salaries3

Pensez à la différence entre dévier le mérite et le partager. Il est possible de croire fermement en votre équipe et prioriser le “nous” tout en mentionnant également vos contributions, qui vous permettent d’attirer et de répartir l’attention en même temps.
Par exemple, au lieu de : « Merci, mais vous savez, tout le mérite pour ce site Web revient à mon équipe ». Essayez ceci : « Je vous remercie, j’ai aimé travailler sur le développement CSS. Toute l’équipe s’est vraiment serré les coudes pour donner vie à ce site ».
Si vous pratiquez régulièrement ce genre d’équilibre, vous serez prêt à réagir de façon diplomatique à quelqu’un qui tire profit de votre idée. Vous pourriez dire :

j’étais tellement content de voir John partager ma conviction que changer de direction sera bénéfique. C’est si agréable de voir que nous sommes sur la même longueur d’onde !

De cette façon, vous assurez la crédibilité de votre équipe tout en veillant à rappeler que vous avez contribué personnellement au projet.

3. Les salariés bloquéssalaries2

Il est difficile de trouver un équilibre entre réclamer fièrement justice et être arrogant, surtout si vous ne parlez jamais de vous. Vous voulez être vu pour vos réalisations et capacités, mais sans donner à penser que vous avez pou habitude de vous vanter.
Et si vous êtes « au second plan » depuis un certain temps, vous finissez peut être par croire que c’est ce que vos collègues attendent de vous. Vous ne voulez pas changer le dynamisme de l’équipe ou être vu comme étant passé d’une personne “humble et silencieuse” à “arrogante et méprisante» du jour au lendemain.

Solution : établir une présence en dehors de votre équipe

salaries1

Si vos collègues ne sont pas solidaires ou tout simplement peu soucieux de votre bien-être, envisagez l’élaboration d’un second plan ou d’un travail personnel pour mettre en valeur vos talents. Ce serait plus facile pour les responsables du recrutement (ou les dirigeants de votre entreprise) de voir vos contributions basées sur vos capacités individuelles.
Cela pourrait signifier prendre en charge un projet ou un travail totalement indépendant, ou rechercher une occasion de travailler en free-lance ou faire du bénévolat dans votre domaine. (Evidemment, assurez-vous que les politiques de votre entreprise autorisent le freelancing avant de le faire).
Une fois que vos collègues vous voient accomplir quelque chose par vos propres moyens, ils se feront une autre opinion de vous et sauront ce que vous pouvez apporter à l’équipe.

Les salariés généreux et modestes peuvent aller de l’avant. La clé est de s’assurer que vous contrôlez bien la façon dont vous la pratiquez. Intégrez-la dans votre marque au sein de votre équipe, un atout qui incite les autres à vouloir travailler avec vous. Si vous trouvez que vous exagérez votre modestie au point d’être négligé, essayez les conseils ci-dessus pour arriver à l’équilibre. Vous êtes une personne formidable, vous le savez. Maintenant, il serait peut-être intéressant que votre entourage s’en rende compte.


Les formations de GII peuvent vous aider à avancer, à changer votre vision de votre environnement, mais aussi de vous-même :

N’hésitez pas à nous adresser une demande de notre catalogue de formations, que nous nous ferons un plaisir de vous transmettre


Comments

Comments are disabled for this post