Press enter to see results or esc to cancel.

Jeux de Pouvoir – Il est temps d’arrêter de vous laisser manipuler

Les jeux de pouvoir ou jeux psychologiques font partie de nos modes communicationnels. Nous les utilisons aussi bien dans notre sphère privée que dans le monde de l’entreprise, de façon plus ou moins consciente.

Ce sont des stratagèmes qui nous servent davantage à confirmer nos croyances plutôt qu’à communiquer et échanger de façon authentique et constructive avec les autres.

Ces stratagèmes font partie de nos modes opératoires et sont appris dans l’enfance. Nous les pratiquons de façon quasi automatique et  en sortir requiert une certaine intelligence émotionnelle. Le résultat (le “bénéfice “)  d’un jeu psychologique est toujours négatif. Il ne va jamais dans le sens d’un ressenti de joie, ou de plaisir mais plutôt dans un renforcement de sentiments de culpabilité ou de mésestime de soi ou d´un sentiment de triomphe (joie exagérée).

Dans cet article, nous allons donc voir ce que sont les jeux de pouvoirs, quels en sont les bénéfices et donc pourquoi nous les perpétuons et enfin comment en sortir.

LES JEUX DE POUVOIRS: QU’EST-CE-QUE C’EST?

Chacun d’entre nous possède son propre cadre de référence interne sur ce qu’est sa vision du monde.

Nous voyons tous les choses différemment et nous pouvons nous sentir mal à l’aise, déstabilisés ou remis en question par quelqu’un qui ne voit pas les choses comme nous. Nous entrons alors dans un jeu de pouvoir pour confirmer ou renforcer notre propre cadre de référence.

Cette bascule se fait de façon presque automatique car les jeux de pouvoir se trouvent à la limite du conscient et de l’inconscient.

Un jeu de pouvoir intervient dès que deux personnes entrent en communication  et que chacune d’entre-elles ou bien simplement l’une des deux souhaite obtenir de l’autre une confirmation de ce qu’elle désire (consciemment ou inconsciemment). 

La dynamique d’un jeu de pouvoir peut se représenter sous la forme d’un triangle appelé “triangle dramatique”. Sur ce triangle, chaque protagoniste peut passer, successivement et inconsciemment, du rôle de “persécuteur” au rôle de  “sauveur” ou de “victime” sans même s’en rendre compte. 

Capture d’écran 2020-02-12 à 16.17.05

Nous allons illustrer ce schéma par un exemple. 

Prenons deux personnes (A) et (B) qui travaillent ensemble. (A) est le supérieur hiérarchique de (B), et a pour ambition de la promouvoir dans un poste avec plus de responsabilités. (A) encourage cette promotion en pensant que (B) sera ravie d’avoir un meilleur poste. Mais (A) pense aussi que (B) est trop timide pour l’accepter d’elle-même. (A) prend donc la position de “sauveur” et place donc (B) en position de “victime”. (A) n’avait juste pas pris en compte que le cadre de référence de (B) était bien différent du sien, et que celle-ci aimait suffisamment son travail et n’avait aucune envie de monter en grade.  (A) pousse donc (B) à accepter l’offre croyant lui rendre service. En poussant (B) malgré elle,  (A) passe en position de “persécuteur” en encourageant (B) à accepter quelque chose qu’elle ne veut pas. 

C’est donc un jeu psychologique inconscient avec un sauveur, un persécuteur et une victime.

Ce genre de situations arrive régulièrement et peut entraîner de vrais risques psychosociaux. Il n’y a pas de “persécuteur” sans “victime” et inversement. La responsabilité dans un jeu psychologique est toujours “circulaire”.

Pour bien comprendre les jeux psychologiques, il est important de savoir que les parties prenantes du conflit peuvent se retrouver dans 3 niveaux:

  • Le niveau 1 est un léger désagrément: le conflit entraîne une certaine tension qui peut se traduire par un désaccord sur les objectifs fixés. Il est acceptable socialement car le lien n’est pas rompu, mais touché.
  • Le niveau 2 va plus loin en terme de ressenti. Le lien entre les deux protagonistes est généralement rompu et se traduit sous la forme d’une division.
  • Le niveau 3 est atteint quand les “bénéfices” se traduisent par une extrême violence (meurtres, démences, suicides…). Des exemples en ce moment de jeux psychologiques de niveau 3 sont par exemple les “violences conjugales”.

POURQUOI JOUE-T-ON?

La pérennité des jeux psychologiques passe évidemment par le fait que leurs bénéfices inconscients résident dans le renforcement ou la confirmation de nos référentiels internes.

Les “bénéfices”  peuvent être multiples et prendre différentes formes:

  • Avantages existentiels

Ces avantages permettent de renforcer nos croyances sur moi, sur les autres et sur le monde et nos convictions ainsi que notre cadre de référence. Ils permettent de rassurer notre ego. 

  • Avantages psychologiques externes 

Ces avantages permettent d’éviter de prendre la responsabilité de son ressenti, d’éviter de laisser à l’autre la responsabilité de son propre ressenti et d’éviter la réussite (l’atteinte de ses objectifs). 

  • Avantages psychologiques internes 

Ces avantages passent notamment par l’utilisation d’émotions “rackets”. Engendrer des jeux de pouvoirs nous permet de cacher nos vraies émotions par des sentiments plus “acceptables” ou “confortables”.

  • Avantages sociaux

Ces avantages nous permettent de recevoir des signes de reconnaissance négatifs, ce que l’on cherche parfois. Ils nous permettent de renforcer notre sentiment de dévalorisation ou de manque de confiance en nous.

QUELQUES ASTUCES POUR SORTIR DES JEUX PSYCHOLOGIQUES

La première étape pour éviter d’entrer dans un jeu psychologique est l’identification de celui-ci. Réfléchissez à vos relations et essayez de voir si vous vous positionnez dans un schéma relationnel de jeu psychologique.

De plus, quand un jeu psychologique se présente à nous, il faut prendre en compte le contexte, l’autre et soi-même. Mais le plus important est soi-même. En effet, quand on prend soin de soi, on est plus enclin à réagir dans une démarche qui ouvre le dialogue social et qui nous permet de conduire le changement.

Prendre soin de soi revient à faire les choses que l’on aime en entretenant un esprit et un niveau d’énergie capables de réaliser ce que l’on désire. Il est donc primordial d’avoir une alimentation vitalisante et de faire des exercices physiques par exemple.

Ensuite, de nombreuses astuces peuvent nous aider:

  • Faire des demandes directes et dire ce que l’on veut
  • Éviter de se dévaloriser ou de dévaloriser l’autre
  • Se donner, demander, donner et accepter plus de signes de reconnaissance positifs
  • Remplacer “oui, mais”, par “oui, et” pour se mettre dans une position positive
  • Pratiquer la respiration consciente
  • Etc.

Faites un tour sur notre blog pour de nombreuses autres astuces pour être mieux avec soi même et avec les autres, ici.

GII PEUT VOUS AIDER 

Chez GII, nous avons conscience de l’impact de ces jeux sur la performance. Nous savons que les entreprises sont à la recherche de nouveaux modes de communication positifs et nous pensons que la formation continue et le coaching individuel peuvent être un levier pour réduire ces jeux psychologiques. 

C’est pour cela que nous avons mis en place, une courte formation présentielle de deux jours pour gérer les relations difficiles

N’hésitez pas à faire un tour sur notre site internet. 

À très vite.

 

Comments

Leave a Comment